EDOUARD CARPENTIER

Nom Réel :
Edouard Wiercowicz
Taille :
1,78M

Edouard Wiercowicz

Date naissance :
17/07/1926
Poids :
104Kg
Origine : El Paso, Texas
Débuts Pro :
mi années 50
Débuts
WWE :
1985
(commentateur)
Prise de finition :
The Flying Head Scissors
Gimmicks :

Édouard Carpentier, Flying Frenchmen, Eddy Wiechoski

Titres WWE-WWF

Aucun

Titres autres promotions :

NWA World Heavyweight Championship 1 fois

AAC Boston World Heavyweight Championship 1 fois

AWA Omaha World Heavyweight Championship 1 fois

IWA Chicago World Heavyweight Championship 1 fois

Canadian International Heavyweight Championship 2 fois
Canadian International Tag-Team Championship 1 fois
Avec Mad Dog Vachon
Montreal Athletic Commission/International Wrestling Alliance
Montreal International Heavyweight Championship 5 fois

NWA Americas Heavyweight Championship 1 fois

WWA Los Angeles World Heavyweight Championship 2 fois
WWA World Tag-Team Championship 1 fois
Avec Bob Ellis (1er)

Retrouvez le reste des profils et plein d'autres choses sur :

(Dernière mise à jour : Mai 2008) - Reproduction interdite !

Interview audio ici !

Histoire :

Édouard Carpentier est un ancien lutteur Français qui a remporté plusieurs titres mondiaux durant sa carrière qui eut lieu durant les années 50 jusqu’aux années 70.

Né Edouard Wiercowicz le 17 Juillet 1926 à Roanne, en France de parents immigrés, son père était Russe et sa mère Polonaise.

Alors que c’était un des lutteurs Français les plus spectaculaires à catcher dans le ring, Édouard Carpentier n’avait jamais pensé à devenir lutteur dans un premier temps. Le jeune Édouard Wiercowicz était étudiant en Education Physique. Il y pratiquait alors la gymnastique (barre fixe, cheval d'arçons, barres parallèles, anneaux, sol). Alors qu’il se destinait au métier de cuisinier, la guerre changera son destin.

Alors qu’il se retrouvait prisonnier par les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale et qu’il sa vie s’en trouve menacée, il décidait de s'évader avec un de ses amis et rejoignait la Résistance. Résistant dès l’age de 16 ans, à la fin du conflit, il était récompensé de la Croix de guerre et la Croix du combattant pour son héroïsme.

Carrière :
Après la guerre, il reprend son entraînement en lutte gréco-romaine et en gymnastique et en obtiendra un diplôme. Il était alors sélectionné dans l'équipe de France pour participer aux épreuves de gymnastique aux Jeux olympiques de Londres en 1948 et d'Helsinki en 1952. Édouard Carpentier participe aussi aux championnats du monde de gymnastique de 1950 à Bâle, en Suisse.

Après cette expérience, il fait la rencontre de l'acteur Lino Ventura. Il rentre dans l’équipe de cascadeurs de ce dernier. Edouard sera la doublure de l’acteur Eddie Constantine lors de films d’action. Alors que Lino Ventura était toujours impliqué dans le monde de la lutte, deviendra le premier gérant de Carpentier et lui propose de devenir lutteur professionnel.

Carpentier amorce donc sa carrière sous le nom d'Eddy Wycz. Il se servait de ses aptitudes en gym, accouplées à des mouvements de lutte basics et devenait rapidement une des attractions des rings de catch en France.

Le 14 novembre 1955, alors qu’il est en voyage en Europe, le lutteur, Yvon Robert fait équipe avec Eddie Wycz. Robert était alors très impressionné par la force, la souplesse et des manoeuvres de haute voltige de son partenaire. Il l'invitait alors à venir lutter à Montréal.

A son arrivée au Quebec en 1956, Eddie Wycz devenait Edouard Carpentier afin de bien appuyer sur sa nationalité Française !

Il donnera son premier combat sur le sol Canadien le 18 avril 1956 dans la salle du « Forum ». Alors qu’il venait à la base pour 3 mois, il confiera dans un article de « La Presse » qui il restera pour le reste de sa carrière. Il prendra d’ailleurs la nationalité Canadienne quelques temps après.

Edouard Carpentier commençait à se faire surnommer "The Flying Frenchman" (le français Volant). A cette époque, peu de lutteurs utilisaient des prises de hautes voltiges, son goût et ses aptitudes pour ce genre de manœuvres lui donnaient rapidement ce surnom ! Alors qu’aujourd’hui, les “Flying Dropkick” ou les “Spinning Back Drop” n’impressionnent plus les fans de catch, Edouard luttait à une époque ou ce genre de prises étaient considérées comme cinglantes. Ses sauts de la 3ème corde, ainsi qu’une multitude de manœuvres aériennes telles sont fameux "Flying Head Scissors" plaisaient au public. Carpentier aidait alors ce genre de prises à ce développer à travers plusieurs provinces du Canada et quelques territoires à travers les USA.

Tout comme son prédécesseur “High-flying", Antonino "Argentina" Rocca, Carpentier construisait sa réputation en impressionnant les foules avec ses mouvements aériens spectaculaires en plus de son travail au sol solide. Grâce à ceci, il aidait à changer et élargir la face du catch en Amérique du Nord et influencera toute une génération de lutteurs. Il sera tout le temps considéré comme un “Face” lors de ses matchs mais était souvent mis en équipe avec de nombreux « méchants » dont le plus connu était nul autre que le légendaire Killer Kowalski.

Dès la moitié des années 50, il s’établissait rapidement comme une star de la "nouvelle génération" à la télé. Ses performances de lutte amateur s’adaptaient parfaitement aux rings de la lutte pro. Mais à ceci, on devait ajouter l’ingéniosité de Carpentier dans le ring qui l’aideront à mettre le " Flying Frenchman" un cran au dessus des autres lutteurs. Son talent unique allait vite se traduire en championnats pour Carpentier et il en amassera plus d’un !

L’année 1957 sera d’ailleurs très faste au niveau championnats. Cette année là, rejoignait l'écurie du promoteur Eddie Quinn. Le 8 Mai 1957, il battait Killer Kowalski pour remporter le titre MAC (Montreal Athletic Commission/International Wrestling Alliance) International Heavyweight. Il perdra cette ceinture le 12 Juin 1957 face à Gene Kiniski.

Le 25 Mai 1957, en équipe avec nul autre que Verne Gagne, il remportait le titre NWA Chicago World Tag-Team en battant Boris et Nicoli Volkoff (le Nicoli Volkoff Original, Steve Gobb, à ne pas confondre avec Nikolaï Volkoff).

Le cas du championnat NWA World Heavyweight Championship :
Le 14 Juin 1957 à Chicago, Lou Thesz champion NWA en titre, défendait sa ceinture face à Édouard Carpentier. Thesz et Carpentier remportait chacun des 2 premiers tombés. Dans la 3ème manche, Lou Thesz était disqualifyé par l’arbitre, Ed Whalen qui levait la main de Carpentier en signe de victoire. Plus tard, la NWA annulait se changement de titre qui découlait d’une disqualification. Lou Thesz battait alors Carpentier, aussi par disqualification, dans un match retour à Montréal le 24 Juillet !

A la base, la NWA voulait présenter Thesz et Carpentier comme des champions rivaux dans différentes villes comme il y avait déjà eut et couronné de success entre Thesz et Leo Nomellini. Carpentier pouvait aussi faire des apparitions en tant que champion aux USA pendant que Lour Thesz faisait des tournées outre-mer. Mais, suite à des disputes entre la NWA et le manager de Carpentier, le promoteur de catch, Eddie Quinn, Edouard quittait l’organisation en Août.

Suite à ce départ, la NWA annonçait, 71 jours après la victoire de Carpentier à Chicago, qu’elle ne reconnaissait pas la victoire de ce dernier et refaisait ainsi l’histoire comme s’il n’avait jamais été reconnu leur champion ! Quinn commenaçit alors à presenter Carpentier comme le vrai champion de la NWA et bookait des matchs face à Lou Thesz.

En 1958, Quinn commençait à “vendre” Carpentier aux promotions désireuses de quitter la NWA. En effet, une victoire sur Carpentier pouvait alors donner une crédibilité de statu de champion du monde au champion local qui le battait.

Le 9 Août 1958, Verne Gagne qui tentait depuis un moment de devenir le champion de la NWA, rencontrait Carpentier lors d’un match à Omaha, Nebraska. Alors que Verne remportait le match, le changement de titre était alors reconnu par les promotions affiliées à la NWA qui reconnaissaient encore Edouard comme le « vrai » champion. Gagne conservera cette version disputée du titre jusqu’en 1960 et la création de la American Wrestling Association. Cette version disputée du titre NWA World Heavyweight sera plus tard reconnue sous le nom de World Heavyweight Championship (Omaha version). Ce tire sera unifié à celui de la AWA le 7 Septembre 1963 et aura sa lignée jusqu’à la disparition de la AWA en 1991.

Le territoire de Boston, alors affilié à la NWA et connu sous le nom de Atlantic Athletic Commission, mettait en place un combat entre Killer Kowalski et Carpentier en 1958. La victoire de Kowalski lui donnera le titre connu plus tard sous le nom de ACC World Heavyweight puis sous le nom de Big Time Wrestling (Boston) World qui sera actif jusqu’en 1975.

La NAWA/WWA du territoire de Los Angeles reconnaissait Carpentier comme champion NWA. Elle quittait la NWA en Juillet 1959 et le titre devenait le WWA World Heavyweight Championship (Los Angeles version). Le 12 Juin 1961, Carpentier perdait la ceinture face à Freddie Blassie qui mettait ainsi un terme à 4 années de règne. Ce titre existera jusqu’au 10 Octobre 1968, date à laquelle la WWA retournait à la NWA.

Autres titres majeurs :
Edouard remettait une seconde fois la main sur le titre de la promotion IWA (membre de la AWA) le 21 Septembre 1960 en battant nul autre que "Nature Boy" Buddy Rogers à Montréal. Edouard Carpentier remportera cette ceinture pas moins de 5 fois entre 1957-1967, battant des légendes telles que Killer Kowalski, Hans Schmidt et The Sheik !

Carpentier remettait une seconde et dernière fois la main sur le titre WWA World Heavyweight Championship (Los Angeles version) le 16 Décembre 1963 quand le champion en titre, Bearcat Wright ne se présentait pas au combat. Il perdait une nouvelle fois la ceinture face à Freddie Blassie le 30 Janvier 1964 à Los Angeles, Californie.

Dans les années 60, il remportait plusieurs autres titres à la WWA Los Angeles en solo ou en équipe. Il sera notament 2 fois champion WWA International Television Tag-Team Sandor Szabo puis Nick Bockwinkel. Il remportait aussi à 2 reprises le titre WWA World Tag-Team avec Ernie Ladd et Bob Ellis.

Prof de lutte :
Alors que dans les années 60, Carpentier était un champion reconnu, il commençait à cette période, d’enseigner le catch aux jeunes Québécois. Il voyageait beaucoup entre les USA (AWA), le Canada (avec la Stampede Wrestling de Stu Hart) et le Japon.

A la fin des années 60, il revenait à Montréal pour le compte de la promotion de la « Grand Prix » des frères Vachon. Des désaccords dans entre les parties forceront le groupe à mettre un terme ses activités quelques années plus tard.

De temps à autre, bien qu'il ne soit jamais retourné à sa patrie, il invitait d’autres lutteurs de France à faire des tournées au Québec. Parmi ces athlètes, on retrouvait Jacky Wiecz qui jouera le rôle de son neveu (sous les noms de André Carpentier et Roland Carpentier) et Édouard Éthifier. Il demandait aussi à une autre future superstar de tenter sa chance en Amérique du Nord grâce à sa stature de Géant… Son nom ? André Roussimoff, mieux connu sous le nom d’André The Giant...

De retour sur les rings pour un dernier « run » :
Après la fermeture de la promotion “Grand Prix”, Carpentier prenait part à une tournée avec Gino Brito et quelques autres lutteurs dans l’espoir d’intégrer une promotion de catch majeure. Il y parvenait en 1980 avec la “International Wrestling”, dirigée par le regretté Frank Valois.

En 1974, Carpentier battait la légende de la Côte Ouest, John Tolos pour remporter le titre NWA Americas Heavyweight championship. En tant que champion, il se lançait dans une « Feud » intense avec un débutant qui faisait déjà sensation, Greg Valentine, fils de l’ancien rival de Carpentier, Johnny Valentine. Le jeune "Hammer" prouvait alors qu’il faudrait compter avec lui et le battait pour le titre Americas. Mais l’expérimenté Carpentier récupérait le titre un mois plus tard, le 14 Mars 1975 à Los Angeles.

Ses “Feuds” majeures :
Le français poli et courtois aura de longues et intenses “Feuds” avec des lutteurs tells que "Killer" Kowalski, Lou Thesz, Abdullah The Butcher, "Classie" Freddie Blassie, Johnny et Greg Valentine, The Sheik, Maurice "Mad Dog" Vachon, John Tolos et plusieurs autres légendes reconnues. Mêmes si ses adversaires étaient réputés pour être les pires tordus sur le ring, Carpentier était reconnu pour être un lutteur respectant les règles... Ce qui ne l’empêchait pas de rester au top !

Commentateur :
En plus de ses activités de lutte, il devenait le commentateur des show télé de la promotion, « Les Étoiles De La Lutte » diffusé sur une chaîne régionale du Québec aux côtés de nul autre que Guy Haurey ! Ce show recevait un vif succès jusqu’à la disparition de la promotion à la fin de l’année 1984.

Quand la WWF rachetait le territoire peu de temps après, les 2 devenaient les commentateurs officiels francophone de la fédération pour l’émission “Superstars” de la World Wrestling Federation TV show "Superstars". A ce moment là, Carpentier se retirait des rings et de son rôle d’entraîneur de jeunes talents pour se concentrer essentiellement à son travail de commentateur TV.

Edouard deviendra alors célèbre dans son pays d’origine pour de nombreux jeunes fans et sera avec Guy, un couple de commentateurs légendaires pour grand nombre de jeunes fans Français dont je fais parti ! En novembre 1992, juste avant la diffusion très en retard du PPV SummerSlam 1992 sur la chaîne Canal+, Edouard laissait sa place à un autre ancien lutteur Francophone, le Québécois, Raymond Rougeau.

Dernières activités dans le monde du catch :
Carpentier reprenait son enseignement de la lutte dans la salle de Gym du Montreal Sports Center. Il faisait son retour en tant qu’interviewer pour la promotion des Rougeaus, “International Wrestling 2000”.

Merci à toi Edouard pour ses commentaires qui m’ont découvrir le catch à la fin de mon adolescence ! Je terminerai cette biographie par sa phrase culte de l’époque : « À la semaine prochaine, si Dieu le veut ! ».

Trophés PWI :
ème place des 500 plus grands lutteurs durant le "PWI Years" en 2003.
ème place des 500 plus grandes équipe durant le "PWI Years" en 2003 (avec American Love Machine Art Bart).

Intronisé au Stampede Wrestling Hall of Fame

         
         
         
         
         
         
         
         
         
         

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z